Hackathon Marine deuxième édition

C’était du 5 au 7 juin, un peu plus d’une année après la première édition que s’est déroulé ce hackathon a l’école 42. Des thématiques et des étudiants différents, des experts sur des domaines variés et bien sur un véritable cortège de marins ! Le sujet principal de ce deuxième hackathon, « Développer le Cloud de la mer » avec pour mission le partage des données et optimisations des usages pour tous les usagers de la mer.

Plongée en eaux agitées 

Traditionnellement, le jour 1 est celui de l’immersion, l’occasion pour les étudiants de bien saisir les enjeux de la Marine Nationale et la portée du hackathon. Notamment à travers une possibilité d’incubation des projets gagnants au sein d’une Matrice. Egalement à la clé pour les projets gagnants, un embarquement de plusieurs jours sur un navire de la Marine Nationale !
Après la conférence de lancement, les rencontres avec experts et usagers de la mer ont commencé. L’objectif de la soirée : commencer à réfléchir et se constituer en groupes de travail pour la suite du hackathon avec un nom d’équipe, qui se laisse la liberté d’évoluer bien sûr, mais qui commence à délimiter un sujet.

Au terme de cette première journée, 6 équipes se sont constituées autour de 6 problématiques très différentes : Seatrust, Fishtracking, OSS360, WatchMyNav, Prévision et le Projet Hermes.

Nouvelles équipes, nouveaux projets !

Le deuxième jour était lui dédié aux développements de ces première idées. En fin de journée, les étudiants devront présenter l’avancée de leurs réflexions devant un conseil intermédiaire dans le but d’obtenir des retours sur leurs présentations afin de perfectionner le travail pour le le jury final, prévu le lendemain et composé d’officiels de la Marine Nationale et de membres de Thales.

Certaines pistes sont validées, d’autres écartées, toutes améliorées. Des idées concrètes commencent à se dessiner derrière les équipes.

P1000868

L’équipe FISH TRACKING se donne pour objectif la protection des zones de pêche afin d’assurer leur pérennité et d’éviter la surpêche et la surexploitation des fonds. Ce projet oeuvre également pour la traçabilité du poisson, dans un prisme orienté consommateur. C’est la première étape de la responsabilisation de la consommation et donc, de la préservation des fonds.

P1000860

La deuxième équipe, SEATRUST, s’oriente sur une problématique de reconnaissance des vaisseaux en couplant l’AIS avec d’autres données afin de savoir exactement qui se trouve dans telle ou telle zone Maritime. Cela permettra une gestion facilitée de la part de la Marine pour savoir qui se trouve sur son territoire, bateau officiel ou non, disposant d’un AIS ou non.

P1000884

Vient alors la troisième équipe, OSS360. Bien loin des pitreries de Jean Dujardin alias Hubert Bonisseur de La Bath dans OSS117, cette équipe propose un outil permettant d’optimiser la maintenance des bateaux par le biais d’imageries 3D permettant de prédire les sinistres inévitables avant qu’ils n’arrivent. Prévenir les défaillances mécaniques sévères permet à la fois un gain économique car la réparation peut intervenir avant le stade critique, mais également d’obtenir une meilleure vision sur l’indice de sécurité des navires dans une optique de conservation de la base de donnée.

P1000904.JPG

La quatrième, PREVISION, prévoit un algorithme capable de prédire les risques selon la situation (collision, naufrage, dérive etc) afin de raccourcir le temps de réponse à des situations potentiellement dangereuses et de faciliter le travail des secours. Bien évidement l’application n’attendra pas une situation de danger de mort pour agir, la plus value est dans la prévention de ces accidents.

P1000890.JPG

La cinquième équipe rejoint des problématiques déjà abordés sur la sécurité des marins, mais avec un prisme différent, celui du Wearable (Technologie connecté portable, ex apple watch). Le projet est celui d’une montre connectée aux utilisations multiples, adaptés au besoin des marins et usagers de la mer. Allant de la simple détection GPS jusqu’au laser hyper-voyant qui se déclenche dans une situation de naufrage ou d’homme a la mer.

P1000900.JPG

Enfin la dernière équipe, avec son projet Hermes, se fixe pour objectif d’optimiser les flux de données arrivant sur les bateaux en limitant l’utilisation du débit internet aux informations essentielles à l’activité de ces marins et ainsi se débarrasser des informations superflues. Tous pourrait personnaliser leurs requêtes pour n’avoir que certaines informations de leurs choix, plus quelques informations obligatoires.

Le jour du Grand Jury

C’est le jour J. Le jury final doit évaluer les différents projets à travers des critères de pertinence, de faisabilité et de concordance avec les problématiques énoncées en début de hackathon. A cette occasion, le public a également découvert les projets sortants de la Matrice Marine précédente : Delphi et Orizon. L’occasion pour ces deux équipes, de montrer leurs réalisations très appréciées des partenaires, mais également d’expliquer aux participants que leur projet peut devenir une réalité si ils sont suffisamment motivés pour aller jusqu’au bout de la Matrice. C’est la vraie récompense du hackathon, embarquer sur un navire de la Marine est certes une expérience inoubliable, mais embarquer sur le navire de entrepreneuriat avec Matrice, c’est une expérience transformante.

Après cette présentation, le jury se met en place, les terminaux de votes en ligne sont distribués et les équipes se préparent à présenter leur projet.

5 Minutes par présentation, un prix pour chacune des équipes occupant une place sur le podium. Les présentations s’enchaînent, rythmées par les applaudissements des spectateurs, tous étonnés par la tangibilité de projet ayant seulement deux jours d’existence. Encore une fois, le processus du hackathon ne déçoit pas, tant pour la Marine que pour Thales. Une fois les 6 équipes passées, le jury se retire pour délibérer.

Après quelques minutes de supens, c’est l’annonce des résultats.

Le grand gagnant est l’équipe SeaTrust, grâce à son outil d’optimisation de la détection satellite et d’identification des navires couplant l’AIS avec grand nombre d’autres données. Pour la première comme pour la deuxième place, la récompense est un double embarquement. Sur un bâtiment de la Marine, mais aussi dans le programme Matrice pour mener son projet jusqu’au bout, c’est à dire une solution réaliste et scalable.

L’équipe qui remporte le 2e prix quant à elle est l’équipe Prédiction, grâce à la pertinence de leur idée, et surtout, du travail effectué pendant ces 3 jours de hackathon qui leur a permis, dès le début, de proposer une architecture de codage et un déroulé de mise en action, deux points qui ont séduit le jury.

La 3e place du podium est attribuée à l’équipe WatchMyNav pour sa montre connectée. Ici pas de brevet tangible ou même de plan, cependant c’est a la fois l’ambition de l’équipe qui a séduit le jury autant que le fait que le produit avancé par cet équipe répond a un réel besoin déjà largement identifié par les usagers de la mer et qui ne trouve pas de réponse sur le marché actuel des Wearables, sauf solutions extrêmement coûteuse.

P1000978.JPG P1000958.JPG P1000948

La fin d’une aventure, le début d’une autre

Après cette remise de prix et les traditionnels discours de clôture, les différents acteurs du hackathon peuvent enfin souffler un peu. Une expérience intense assurément, mais un exercice ultra-productif qui dans quelques mois donnera lieu à un formidable et grande aventure entrepreneuriale de plusieurs mois que nous suivront de très près.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :