Matrice Marine

Comment repérer dans les flux d’informations du trafic maritime les signaux qui méritent une attention particulière en vue d’une potentielle action ?
Comment élaborer un système d’aide à la décision à partir du traitement d’une masse complexe et variée de sources ouvertes de données ? Ce sont ces question qui ont fait naître la Matrice Marine, en partenariat avec la Marine Nationale, Thales ainsi que l’école 42 et la participation ponctuelle de Science-Po et l’Ensad.

Les solutions développées

Pendant 48h, étudiants, marins et ingénieurs se sont regroupés à l’occasion  d’un Hackathon, afin d’innover sur les systèmes de représentations des situations maritimes enrichies. A l’issue de ces deux jours, un jury a récompensé 2 équipes projets désormais accompagnées au sein du programme MATRICE, afin de transformer leurs idées initiales en une réelle et fonctionnelle solution informatique.IMG_0307.jpg

Le développement et l’implémentation de ces deux solutions s’effectueront ensuite dans le cadre d’un stage de 6 mois au sein du Centre d’expertise des programmes navals (CEPN) à Toulon et chez Thales Communication et Services.

Deux projets ont de fait vu le jour.

ORIZON, un système d’identification automatisée des navires par traitement d’images à travers un réseau de neurones

Cette équipe propose à la Marine nationale d’alimenter sa propre base de donnée à partir de la reconnaissance d’images issues des caméras des ports. En effet, au-delà des données issues du signal des bateaux (AIS), rien ne remplace la confirmation visuelle.

La solution captera les flux des caméras portuaires et entraînera une technologie de reconnaissance d’images et de classement d’information pour comprendre la situation maritime. Grâce à l’intelligence artificielle, l’équipe propose de développer une technologie capable d’extraire des informations utiles à la Marine.

DELPHI, un outil de détections des anomalies et comportements suspects en mer 

La situation en mer peut parfois être très complexe et les données multiples (caméras embarquées, radars, AIS, images satellites etc.).

L’interface DELPHI propose à l’équipage de paramétrer le niveau d’importance des alertes, selon la zone géographique, la mission des bateaux et les tâches qui leur ont été confiées. En effet, scruter la piraterie ou le trafic de marchandises suppose de ne pas traquer les mêmes comportements. Aussi, il faut pouvoir pondérer les données compilées pour faire apparaître ce que l’on souhaite.

L’algorithme de traitement des données que propose DELPHI permet d’automatiser un maximum d’analyses « classiques » dans la tenue de situation maritime et de construire une architecture ouverte afin d’évaluer la situation, les alertes, et d’intégrer de nouveaux modules d’analyse pour aider les marins à hiérarchiser l’information et ainsi à réagir plus vite en cas de danger.IMG_20170517_154712_HDR

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :